Pages

jeudi 7 juin 2012

Une pelouse qui fait du bruit!

Je vous partage ici un excellent texte de Robert Poupart, membre très engagé du groupe environnemental Crivert. Paru récemment dans leur journal, j'ai demandé à son auteur si je pouvais le reproduire ici, ce qu'il a consenti en mentionnant "plus il sera lu...". Pour moi, ce texte résume très bien ce que nous vivons dans mon quartier. Entretenir une pelouse sans réfléchir apporte sans contredit une pollution sournoise qui empoisonne notre quotidien durant les beaux jours. En espérant que le message trouvera une résonance!
***

Nos quartiers évoluent au rythme de nos activités. Voilà plus de trente ans, nous emménagions dans le quartier de la Polyvalente avec nos enfants, un beau cadre de vie pour élever une famille. Les journées étaient bien chargées pour chacun : le travail, les enfants… Une belle animation rendait notre quartier vivant. Les enfants jouaient dehors et selon les saisons la rue était transformée en patinoire, piste de course, marelle, vélodrome, terrain de soccer... Les cris, les rires, les pleurs et les splashs dans les piscines étaient notre fond sonore. Et puis les enfants ont grandi et ont quitté les nids familiaux et ce sont les petits-enfants qui, lors de rares visites, font revivre le quartier comme autrefois. Maintenant le quartier est peuplé de retraités et certains trompent l’ennui avec une activité très importante: l’entretien de la pelouse !

En voici le déroulement. D’abord planifier le moment, de préférence entre midi et deux heures, à l’occasion en fin de semaine, quand les voisins ont de la visite, dînent sur leurs terrasses ou font une petite sieste sous leurs arbres. Alors on démarre la tondeuse, un monstre pétaradant comme une horde de Hell Engels chevauchant leurs Harley Davidson et c’est parti pour une bonne heure. Ensuite on sort le taille-bordure, il faut d’abord le régler pour qu’il émette le son le plus strident, c’est sûrement un engin qui agit par les ultra-sons et c’est alors la traque au moindre brin d’herbe qui dépasse et il y en a des recoins à vérifier. Mais ce n’est pas fini, il faut que le travail soit parfait! Alors les brins d’herbe tombés sur l’asphalte sont pourchassés avec la souffleuse à feuilles. Les deux ou trois sacs de gazon coupé, le fruit de ce labeur, sont alors aussitôt placés sur le bord de la route pour ne pas les oublier quand les bennes d’ordures passeront dans deux ou trois jours. Le compostage ? C’est quoi ? C’est pour qui ?

Quelques fois, le doux son de la tondeuse agit comme un réflexe pavlovien et fait penser que ça urge de couper le gazon, alors vous entendez un peu partout le bourdonnement de gens affairés à cette tâche primordiale. Le summum c’est quand vos trois voisins adjacents s’y mettent en même temps. Comme c’est une activité aimée, on se dépêche ensuite d’épandre de l’engrais et d’arroser souvent si le ciel est avare de pluie afin que l’herbe repousse le plus vite possible pour recommencer à la couper dans cinq
jours.

Faudra-t-il que notre ville édicte un nouveau règlement sur le bruit comme cela se fait dans certaines municipalités? Devra-t-elle distribuer des bouchons pour les oreilles ? Alors, avant que les voisins se fâchent, que la ville réglemente et que la brigade verte verbalise, chacun doit être conscient que ces activités qui semblent anodines sont en réalité de véritables nuisances qui gâchent notre qualité de vie quand elles sont pratiquées trop souvent et à des moments inopportuns.

Robert Poupard

6 commentaires:

  1. Je suis tellement d'accord avec ce texte! Pour ma part, comme j'ai ce privilège, je passe la tondeuse le vendredi, ainsi je n'embête pas les voisins le week-end. Mais mieux encore: j'élimine peu à peu le gazon pour le remplacer par des plates-bandes ah! Un jour, peut-être, et c'est mon rêve, y'aura plus besoin de la tondeuse et elle sera à donner au bord du chemin. 8)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Vert Grenouille!
      Oui, en effet, c'est responsable de passer la tondeuse à un moment qui opportune le moins les gens!
      Si tout le monde pensait à faire plus de plates-bandes pour moins de gazon, comme tu le suggères, ce serait merveilleux!
      Quant à moi je crois que si je pouvais, j'engagerai un mouton et mon gazon ne pousserait qu'à un endroit et les plates-bandes ne lui serait pas accessibles! Ça serait génial!

      Supprimer
  2. Allo Jasmine, en fait, le bruit est maintenant devenu tellement courant et 'normal' que lorsque je suis dans ma cour et qu'il n'y a aucun bruit, j'en suis toute surprise!

    Je voterais définitivement pour au moins 1/2 journée par semaine sans bruit: pas le droit de tondeuse, souffleuse ou quelqu'autre bidule tonitruant... Pas besoin de te dire que je suis totalement contre la souffleuse à feuilles: existe-t-il un gadget plus inutile que celui là? Un bon vieux balai, ça ne fait plus l'affaire? Ha ha ha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Rachel!

      Très pertinent ce que tu dis. Il est vrai qu'être bruyant est rendu légitime! Pourtant, un voisin bruyant est aussi un pollueur!

      Oui, une demi-journée sans bruit... Tout le monde relaxe!
      Et puis, pourquoi ne pas bannir le souffleur! Seuls ceux avec de très grands terrains, isolés au bout du monde auraient le droit peut-être, sous autorisation, d'en avoir un... Autrement, je suis pour la remise en valeur du balai, lequel est excellent pour se faire les bras!

      Bonne journée!

      Supprimer
  3. Je crois que le bruit est devenu quelque chose qui fait partie de notre quotidien et que plus personne ne veille à faire attention et tant pis pour ceux qui cherchent la tranquillité. Ici c'est rare "d'entendre" le silence, c'est presque tellement rare que lorsque ça arrive on se dit "mais j'entends enfin le silence"... Au delà du bruit de la tondeuse ou du clébard qui aboie toute la journée, ici les souffleuses, broyeurs, tronçonneuses donnent de la voix tous les week ends c'est somme toute logique car la majorité des gens travaillent la semaine et n'ont pas le temps de jardiner, mais le plus insupportable ce sont les bruits des quads et motos qui traversent le quartier dans des cadences infernales c'est devenu insupportable, à côté de cela il y a aussi les conversations si possible tard le soir au moment ou tout le monde devrait dormir et bizarrement sous les fenêtres, le bon vieux klaxon aussi, enfin pour terminer la scie sauteuse tous les dimanches après midi, moment normalement ou le bruit n'est plus toléré. Et que dire du portable devenu une plaie sonore.
    Oui notre société dite civilisée a créée plus de nuisances qu'aucune autre et ce n'est pas demain que les consciences se réveilleront.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christine!

      Cela me semble effrayant par chez vous avec toute cette énumération de sources de bruit!

      Même si nos sociétés sont civilisées et supposément avancées, on se demande pourquoi nos bidules sont si bruyants. N'avons-nous pas la technologie pour les rendre silencieux?

      Merci pour ton commentaire et au plaisir!

      Supprimer

Droits réservés

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Licence.