Pages

À lire d'une couverture à l'autre, le dernier numéro du magazine canadien Garden Making avec des articles sur les plantes indigènes ( des questions et des réponses étonnantes), les nouvelles échinacées, les érables de modeste taille pour les petits espaces, l'intégration réussie des bulbes d'automne au jardin, les laitues de fin de saison à semer maintenant et j'en passe!

mercredi 31 août 2011

La naissance inespérée d'un concombre citron

De longs jours d'attente et de soins sont enfin gratifiés par la naissance de pas moins de deux concombres citron (Cucumis sativus 'Lemon')! J'étais quelque peu jalouse de Martine la banlieusarde qui avait fait la récolte de beaux concombres citron à son retour de vacances. Pourquoi pas moi aussi? Pourtant, je les ai bichonné (au purin de pissenlit pour le phosphore), je leur ai susurré des mots d'amour ("Allez mes petits, faites-moi des jolis fruits ronds jaunes et croquants... sinon, sinon... je vous arrache!"), je les ai arrosé copieusement durant la période de sécheresse. Mais jusqu'à dimanche passé, je ne voyais toujours pas de fruits. Alors, j'ai presque mis à exécution ma menace en commençant à couper du feuillage pas beau et hop! vous devinez la suite...



Sont apparus deux concombres. Plus ovales que ronds, plus vert tendre que jaunes. Plus piquants que lisses.

Mais c'était tout de même deux concombres citron!

Comme Martine suggérait de ne pas attendre qu'il soit beau de l'extérieur pour le savourer (trop de graines et la pelure est plus coriace), nous avons cueilli un des deux fruits sur-le-champ (ou sur le mur si l'on peut dire). Il a été partagé au repas du souper et nous l'avons bien apprécié!

Et là, comme si les plants se réveillaient ("Quoi! Déjà l'été qui tire à sa fin! Vite, produisons!"), je vois plein de petites boules piquantes qui veulent devenir concombres. Je crois que mon emplacement n'était pas le meilleur: sur ce côté du mur, le soleil n'arrive que vers deux heures et les plants semblent préférer plus d'ensoleillement. À tester l'an prochain.


Notes de culture
Le semis a été fait le 24 mai directement dans le sol d'un bac situé près du mur ouest de la maison (les plants ont pu s'agripper à un treillis de plastique noir). Les semences ont été achetées chez Richter Herbs, mais sont aussi disponibles chez Manon Collard et chez Solana Seeds. Les plants aiment la chaleur, le compost jeune, et l'ajout de phosphore pour la mise à fruit. Ils n'aiment pas le manque d'eau et les vents.

mardi 23 août 2011

Première commande de bulbes de l'automne 2011!

Je viens tout juste de passer ma première commande de bulbes de l'automne. Je voulais profiter de la livraison gratuite chez Veseys (il faut inscrire le code qui apparaît sur votre catalogue) qui se termine demain. Je sais, je m'y prends un peu tard pour vous faire part de cette opportunité... Leur catalogue est livré gratuitement, alors vous pourrez profiter des autres offres qui viendront dans le futur!

Voici ce que j'ai sélectionné chez eux:

- Camassia quamash 'Blue Melody' : le Camassia quamash est une plante indigène de l'Amérique du Nord. C'est une liliacée qui porte une histoire étonnante. Le bulbe était couramment consommé par plusieurs tribus amérindiennes. La découverte d'un champ de camassia assurait une nourriture de qualité à plusieurs familles. Très riche en inuline, le bulbe était longuement cuit (jusqu'à trois jours) afin que le sucre complexe devienne du fructose, qui est plus facile à digérer. 

Aujourd'hui, la plante est surtout appréciée pour son élégante fleur (atteignant 24 po de haut) qui apparaît entre le milieu du printemps et le début de l'été. La floraison ne dure pas très longtemps, mais son bel épi bleu-mauve est fort joli. 'Blue Melody' a un feuillage panaché, contrairement à l'espèce. Comme le feuillage reste longtemps, il est mieux d'intercaler la plante avec d'autres plantes, graminées ou liliacées. La plante semble s'accommoder de la sécheresse (toutefois, on la trouve aussi naturellement dans les prairies humides) et aime le soleil.

- Crocus sativus: le safran! Curieuse comme je suis, il me fallait essayer ce bulbe. On peut réellement récolter le safran sous nos latitudes, quoique Alys Fowler prévient dans cet article que la floraison de ce bulbe est plus ou moins fidèle en Angleterre. Le safran c'est le nom de l'épice que l'on donne aux stigmates bien voyants de la fleur et qui sont séchés. Cela fait plus de 35 siècles qu'il est utilisé! La fleur apparaît en automne et la plante apprécie la chaleur.
Image issue du site medievalcookery.com

- Allium sphaerocephalon: voici un autre ail que je tenais à ajouter à notre collection. On le surnomme l'ail à tête ronde. En fleurs, ce sont des petites boules de couleur rouge vin qui ne font pas le spectacle, mais assurent plutôt une cohésion dans une plantation mixte; la plante ponctue dans ensemble végétal (Tovah Martin parle de son appréciation tempérée de la plante sur son blogue). Si on laisse sécher la fleur, elle se ressèmera allégrement.

Et vous, quels seront vos achats de bulbes pour cet automne?

mercredi 17 août 2011

L'opulence de la mi-août

À la mi-août, je marche allègrement nu-pieds dans le jardin. Je savoure l'espace et la profusion des éléments à observer. Je cumule en ma mémoire la lumière qui passe dans les feuillages, les images de variétés de fleurs aux formes et couleurs toujours étonnantes, les parfums subtils ou remarquables des tissus végétaux, les saveurs douces ou fortes des choses comestibles. Je fais donc d'amples récoltes de sensations que me tend le jardin, pour le moment présent, mais aussi pour les jours austères.

***

Les Petunia multiflora, nouveaux chez moi, feront assurément parties de mes plantes favorites qui apportent tant d'agrément pour peu d'engagement! Le semis intérieur est un jeu d'enfant (à démarrer quelque part à la mi-mars) et la plante sait s'offrir en spectacle: deux plants dans chacun de mes gros bacs au soleil ont assurer une présence remarquablement fleurie tout au long de l'été (et il paraît que cela dure jusqu'aux gels!). Mais ce ne sont pas les gentilles fleurs lilas ou blanches qui sont pâmantes, c'est surtout leur parfum...Les blanches spécialement (celles qu'on voit sur la photo ci-dessus), elles exhalent un capiteux parfum tropical très proche de la vanille, à humer de préférence le soir...


La ligulaire (Ligularia  dentata 'Othello') est une belle qui aime avoir le pied dans un sol frais (à défaut, elle aura sous l'ardeur du soleil l'air d'une belle sur le point de s'évanouir) et quelques heures d'ensoleillement par jour. Les fleurs jaunes dorées s'affichent à distance et les grosses feuilles luisantes, sagittées et dentelées sont un bel ornement durant tout l'été.


Une autre nouveauté, la crocosmie ou montbrétia (Crocosmia 'Ember Glow') acheté chez Botanus au printemps. Malgré qu'il soit zoné 6, je tente de le laisser en terre dans la plate-bande à l'est, laquelle demeure plus chaude l'hiver. J'adore sa couleur rouge feu!

Le potager ornemental se porte à merveille! Mon plan dessiné durant l'hiver (voir ici) s'est avéré dans la réalité fort plausible. La seule chose à modifier pour l'année suivante: mettre un peu plus de betterave, d'oignon et d'ail, car il y a des espaces vides à certains endroits. Sinon, le jeu des textures et des couleurs est très intéressant et cela en fait réellement un jardin potager ornemental qui fait bonne figure en façade de notre maison! Ci-dessus: Helenium sp, Plectranthus argenteus, betteraves (Beta vulgaris 'Bull's Blood') et patate décorative dorée (Ipomea batatas).

Tournesols, poivrons (Capsicum annuum 'King of the North'), Plectranthus argenteus, betteraves (Beta vulgaris 'Bull's Blood'), Agastache 'Apricot Sprite', lavande et verveine de Buenos Aires.

Sauge et déchampsie

 Court entre les tournesols et les betteraves un plant de pastèque (Citrullus lanatus 'Blacktail Mountain'). C'est le premier que je réussis à faire pousser! Bon, le petit fruit est encore modeste. Espérons qu'il sera bien gros pour qu'on puisse avoir chacun une belle tranche rose à croquer!

 Cette betterave (Beta vulgaris 'Bull's Blood') est très ornementale avec ses feuilles pourpres. Les feuilles sont aussi délicieuses et elles remplacent les épinards tout en offrant ce petit goût caractéristique de son espèce.

Yves Gagnon suggérait hautement ce poivron (Capsicum annuum 'King of the North') dans le numéro d'avril 2011 de Fleurs Plantes Jardins. En effet, les plants sont prolifiques et les fruits sont gros. On attend impatiemment qu'ils rougissent...

 La riche texture du tournesol (Helianthus annuus 'Autumn Beauty') et...

sa peu modeste stature! Ils avaient écrit 5 pieds et demi de haut sur le sachet!!!

 
Chez nous, la tomate 'Galina' est souvent la première qu'on se met en bouche. Cette année, elle est toujours la première, mais nous avons dû patienter jusqu'à cette semaine pour enfin la déguster! On se chicane les fruits et on n'attend pas qu'ils soient complément jaunes, faute de passer son tour! Par contre, à défaut de récolte hâtive, la qualité des fruits et leur profusion sont exceptionnelles (est-ce l'engrais d'algues distribué assidûment?). Par chance, cette petite sibérienne murit encore sous les températures plus fraîches!

Que diriez-vous d'un haricot long, fin, violet d'épiderme, à la texture délicate, mais à la saveur légèrement prononcée? Je ne suis pas une grande connaisseuse en matière de haricots, mais le Phaseolus vulgaris 'Trionfo Violetto' est celui que vous recherchez si vous désirez toutes ses qualités. Au jardin, il m'a surprise car il a mieux poussé au demi-soleil, à un endroit où je ne désirais pas particulièrement planter des haricots! J'ai été surprise un matin de découvrir sous le feuillage (il est intimement lié à celui du houblon) que des haricots attendaient patiemment d'être découverts. Ils portent aussi le sceau "Adoré par la Goûteuse fille aînée"...

Et vous, côté récoltes, quels sont vos plus fiers succès?

mardi 9 août 2011

L'acidanthera, petite fleur à la grande classe


C'est après avoir lu une critique admirative de Stephen Westcott-Gratton dans le numéro d'avril 2011 de la revue Canadian Gardening que j'ai acheté les cormes d'acidanthera (Gladiolus murielae). L'idée de faire pousser un membre des glaïeuls peu connu provenant d'Afrique de l'Est et dont le parfum s'échappe délicieusement d'une fleur ivoire au coeur prune m'a séduite.


Les feuilles en éventail et les fleurs atteignent un mètre. La floraison vient d'apparaître et elle est réellement charmante. Pour un effet plus intéressant, je recommande de rapprocher les cormes à la plantation. Chez moi, la plante pousse dans un sol drainé au soleil et à un endroit, elle est accompagnée de la magnifique Lobelia syphilitica (en bleue en arrière-plan). L'acidanthera donne à coup sûre du chic à une plantation! 

Je pense qu'il est possible de l'insérer dans des gros pots d'annuelles en veillant à choisir des cormes de petite taille. Tout comme ses confrères les glaïeuls, il faudra rentrer les cormes à l'automne et les conserver dans un endroit sec et frais.

Où s'en procurer?
-Botanus (en ligne).

Photos par Jasmine Kabuya Racine. Tous droits réservés.

vendredi 5 août 2011

Pas m'ail fière!



Même le plus expérimenté des jardiniers doit savourer la réussite parfois simpliste de la culture d'une plante. En ce moment, j'exulte de la réussite de ma culture d'ail d'automne. Il y a quelques jours, je constatais que le feuillage jaunissait et que la température sèche était idéale pour une récolte. J'ai donc soulevé de terre ces beaux bulbes avec les enfants. L'automne passé, je faisais une chasse au trésor avec ma fille: nous cachions chaque gousse ensemble dans le sol et disions que nous allions retrouver notre trésor multiplié à l'été qui viendra.

Pourquoi suis-je si contente? Ma première tentative de culture d'ail en 2010 s'était soldée par un échec. L'emplacement avait été mal choisi, trop ombragé pour produire des bulbes satisfaisants.

Il était évident que pour réussir ma culture je devais la bouger au grand soleil, soit en façade. Sept gousses provenant de bulbes offerts par un ami qui en cultivent sur sa terre à Beauharnois ont été semées (son ail était délectable et chaque gousse utilisée dans notre cuisine était réellement appréciée). La fleur d'ail a été récoltée et savourée récemment et le feuillage restant, large et haut, promettait une récolte bien plus alléchante que celle de l'été précédent.

Et voilà notre modeste récolte! La réussite me donne vraiment le goût d'en semer plus cet automne. D'ailleurs, je me lancerai en grand avec les quatre variétés proposées par Michel et Véronique de chez Les Potagers d'antan: 'Northern Quebec', 'Montana Roja', 'Yougouslavian' et 'Music'. Justement, ils font un concours (leurs concours nous rendent toujours plus intelligents!) pour remporter de l'ail canadien. Ça tombe à pic!

Droits réservés

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Licence.
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.