Pages

À lire d'une couverture à l'autre, le dernier numéro du magazine canadien Garden Making avec des articles sur les plantes indigènes ( des questions et des réponses étonnantes), les nouvelles échinacées, les érables de modeste taille pour les petits espaces, l'intégration réussie des bulbes d'automne au jardin, les laitues de fin de saison à semer maintenant et j'en passe!

samedi 28 mai 2011

Le plaisir d'être herbivore

Ce printemps, mes orteils auront mangé plus le caoutchouc de mes bottes que le cuir de mes sandales, la pluie étant la plupart du temps au rendez-vous, jointe évidemment par de gros nuages gris qui roulent au-dessus de nos têtes en manque de chaleur.

Toutefois, comme je disais dans mon dernier billet, les plantes ont l'avantage d'être jolies lorsqu'ourlées de pluie. Notre oeil photographique se réjouit donc de ces belles images. Et que dire de cette verdure, celle qu'on aime à se mettre sous la dent et non celle qu'on aime à tondre bruyamment, qui croit dans une facilité toute naturelle dans ces conditions de fraîcheur et d'humidité! Je ne me plains pas de la pluie quand je croque mes laitues et verdures!
De gauche à droite: 
roquette (Eruca sativa), laitue 'Black Seeded Simpson' (Lactuca sativa 'Black Seeded Simpson') 
et mizuna (Brassica rapa var. nipposinica).

La mizuna est une verdure japonaise que j'ai introduite au jardin ce printemps. Son feuillage délicatement découpé et sa douce saveur de noisette s'incorporent à merveille dans un mesclun. La roquette, elle, est reconnue pour sa personnalité intense en bouche qui s'accentue avec sa croissance. On la déguste jeune pour apprécier son goût de moutarde qui devient franchement amer lorsqu'elle approche de la montaison. Quant à la laitue 'Black Seeded Simpson', elle provient d'un mélange de semences de laitues anciennes acheté chez The Cottage Gardener. Elle a un goût très doux et une texture de beurre. Sa couleur vert lumineux (chartreuse, diraient les anglophones) égaye la salade. Suffit d'arroser ces belles d'une petite vinaigrette maison, qui inclut idéalement des fines herbes du jardin, et ça donne des salades renversantes!

J'ai semé quelques laitues dans un gros pot sur le patio où elles sont à portée de main. 
Y grimpent aussi les pois mange-tout sur les bambous.
Bientôt, les laitues céderont leur place à des plants de tomates.

Toutes ces verdures sont extrêmement faciles à cultiver et se sèment idéalement au printemps et au début de l'automne, puisqu'elles aiment croître dans un environnement frais. On les sème toutes les 3 semaines, question de les apprécier longtemps. On peut les laisser monter en graines afin de conserver celles-ci pour les ressemer. J'ai même laissé se ressemer sur place mes laitues héritage à l'automne et elles sont  apparues il n'y a pas très longtemps: je n'ai eu qu'à éclaircir les plants trop serrés et le tour était joué!

Ce monde de verdures semble prometteur pour le palais. Il existe en effet beaucoup de variétés de laitues, sans parler des moutardes ou des verdures moins connues comme l'arroche, l'amarante ou l'épinard de Malabar. Je sens que j'aurai du plaisir à en découvrir de nouvelles dans le futur.

Venez nous révéler vos préférences d'herbivores dans vos commentaires!


Où se procurer ces semences?

- The Cottage Gardener, ici.
- La société des plantes, juste ici.
- Jardins de l'écoumène, .

mercredi 18 mai 2011

La pluie n'empêche pas les plantes d'être jolies

On se plaint de la pluie. Il est vrai qu'on a tous hâte à la chaleur... et encore là, dans quelques semaines, il s'en trouvera une majorité pour se plaindre qu'il fait trop chaud!

J'adore la pluie lorsqu'elle se pose au jardin. La lumière de ces jours gris est souvent idéale pour photographier et les gouttes d'eau déposées délicatement sur les végétaux leur donne un aspect neuf et frais.

Un petit tour pour savourer cette fraîcheur végétale?


 Narcissus 'Golden Leap'. On apprécie sa floraison tardive.

 Ail décoratif (Allium hollandicum 'Purple Sensation') en bouton.
 Myosotis, un peu de bleu du ciel

 Une favorite, l'ancolie du Canada (Aquilegia canadensis)



 Sceau-de-Salomon, en trois temps. 
Les feuilles sont magnifiques vue d'en-dessous avec les perles de pluie.

Pousses d'hosta
Euphorbia dulcis 'Chameleon'

 Lamiastrum galeobdolon 'Hermann's Pride'. 
Un couvre-sol magnifique à l'ombre, pas envahissant comme ses congénères.

 Belle indigène que cette Tiarella cordifolia. Le feuillage printanier est lumineux.

 Aspérule (Gallium odoratum). Un autre beau couvre-sol pour l'ombre.

Rhododendron sp. 
Une fleur comme la jupe d'une fée suspendue ( ma fille de 4 ans va adorer cette image).

lundi 16 mai 2011

Exit la clôture!

Trente ans. C'est l'âge de la clôture de bois qui ceint notre terrain: elle a été érigée peu après la construction de la maison. Aujourd'hui, la voilà vermoulue, chancelante et pour ne pas dire très affreuse! Constatez!

Cela fait longtemps qu'on avait hâte d'arracher cette laideur: on avait songé à la réparer, mais son délabrement était tel qu'il était impossible de réparer sans tout refaire! Finalement, le projet de changement de clôture se réalisera cet été, surtout pour des raisons de sécurité: la voisine à l'ouest a une piscine hors terre et bien qu'elle soit clôturée, il est préférable que sa cour soit vraiment fermée aux enfants.

L'homme s'est donc mis à la tâche de déconstruire la structure. Certains poteaux s'enlevaient en 10 minutes alors que d'autres exigeaient une heure... Finalement, la clôture sur les deux côtés a été retirée non pas sans effort et il ne reste que le pan arrière (qui donne sur le boulevard) à enlever, ce que mon homme devra faire faire quelques jours avant que nos installateurs ne viennent.


Parlant donc d'installateurs... vous vous demandez sûrement quel est notre choix de nouvelle clôture, n'est-ce pas?

Notre coup de coeur va bien sûr à ces clôtures de bois qui ont du charme et qui s'harmonisent si bien à un jardin. Toutefois, notre réalité monétaire et temporelle nous a fait pencher pour autre chose: la fameuse clôture frost.

Oui. Qui aura cru qu'un jour j'opterai volontairement pour ce genre de barrière!

Le bois, c'est beau, mais ça demande un entretien régulier que la frost n'exige pas. Et l'installation est incluse dans le prix: mon homme ne passera pas des jours à creuser des poteaux dans un sol rocailleux.

Nous avons donc opté pour un modèle brun chocolat avec des languettes de PVC qui mesura 4 pieds de haut sur les côtés et 5 pieds de haut au fond: pas besoin de s'enfermer de mailles non plus! Et sur le côté ouest, perpendiculairement à notre maison et à celle de la voisine, on s'est dit que dans le futur on fermerait avec une belle clôture en bois. Voilà un beau compromis.

Évidemment, nous prévoyons habiller la clôture de diverses plantes grimpantes: houblon doré (Humulus lupulus 'Aurea'), vigne vierge (Parthenocissus quinquefolia), renouée d'aubert (Polygonum aubertii) et clématites, si la l'ensoleillement le permet. Pour la vigne et la renouée, ellles seront probablement plantées contre le pan du fond puisque qu'il nous sépare de la cantine: ces plantes se lignifient à leur base ce qui peut déformer quelque peu la clôture.

***


Le travail à faire au jardin ne manque pas! J'ai réussi à nettoyer quelques plates-bandes, dont un des prés (le quart de cercle) qui était bien envahi de chiendents et d'achillées. Malgré son apparence propre, je dois rester aux aguets et continuer d'enlever les adventices qui reviennent hanter par leurs rhizomes oubliés ou leurs graines latentes. Cette plate-bande ne sera donc plus un pré cet été: sa vocation sera plutôt celle de potager ornemental. Au menu des plantations: betteraves 'Bull's blood', oignons, ail (déjà présent), capucines 'Empress of India', shiso pourpre (Perilla frutescens), tomates 'Galina' et 'Persimmon', poivron 'King of the North', arroche 'Opéra', tournesols 'Autumn Beauty', agastache 'Apricot Sprite' et haricots 'Trionfo Violetto'. Des plantes potagères dans les teintes de pourpre, de rouge et d'orangé. Une partie de la plante-bande demeure habitée par des vivaces, particulièrement le coin ombragé que colonisent des fougères, des heuchères et des hostas.
Des roches parmi les vivaces pour les enfants qui adorent les emprunter!

Un plan du potager en façade pour mieux prévoir la plantation.

Toutefois, le pire reste à faire: la butte ou le pré #1 est un désastre. Les mauvaises herbes sont trop bien implantées. Je constate les dégâts provoqués par mon absence au jardin l'an passé. Vue de loin, la plate-bande semble correcte, mais c'est quand on s'y penche qu'on réalise que les fraisiers, pissenlits, chiendents, onagres et multiples autres plantes vigoureuses semblent avoir trouvé un endroit de rêve où croître sans problème. Bref, j'ai du pain sur la planche!
 Vue de loin...
 Vue de près... ouille ça fait mal!

Pour finir en beauté, je vous offre le cliché d'une plante délicate dont le nom va à ravir: Tulipa hageri 'Little Beauty'. Chaque bulbe porte deux à trois fleurs pas plus hautes que 8 cm. Une tulipe au charme rafraîchissant.

Aussi, je suis bien contente d'annoncer que j'ai collaboré pour la première fois à la revue Coup de pouce pour le numéro de juin, maintenant en kiosque. Dans l'article, je suggère 18 végétaux à adopter et qui sont mis en valeur par des objets choisis pour vivre au jardin... gaiement!

mercredi 4 mai 2011

Une saucette à Moissons en fleurs

Il y a trois ans, j'arrivais à Valleyfield et découvrais par le fait même l'existence du Centre de formation professionnelle des Moissons, situé dans la ville voisine de Beauharnois. Cette école offre entre autres des formations en horticulture, en aménagement paysager, en arboriculture et en gestion agricole.

Pour financer les activités de l'école et faire la promotion des formations offertes, le Centre organise Moissons en fleurs, un événement qui rassemble étudiants, professeurs, public et producteurs agroalimentaires de la région durant trois jours. Cette année, l'événement a eu lieu du 29 avril au 1er mai.  J'y étais vendredi matin, pour la première fois, et choyée d'être accompagnée par Kim, horticultrice diplômée du Centre, mais aussi amie et voisine. J'ai donc pu faire de belles rencontres et constater que l'école était un lieu hautement dynamique! La vente de végétaux qui s'y tenait était très alléchante: Olivier dans son porte-bébé dormait solidement alors que maman magasinait joyeusement dans les serres! 

 Plantes annuelles produites par le Groupe Tournesol, un programme destinée aux personnes ayant une légère déficience intellectuelle.

 La serre principale offrait une riche variété de vivaces et d'annuelles, à un prix très intéressant. Les végétaux sont regroupés par leur type d'habitat naturel.


Même avec un petit budget, j'en suis ressortie avec de beaux spécimens de vivaces et d'annuelles, dont certaines sont des introductions récentes: Astrantia major 'Star of Billion', Anthyrium nipponicum 'Pictum' (syn. 'Metallicum'), Epimedium x youngianum 'Merlin', Cimicifuga 'Chocoholic', Thalictrum rochebruneanum, Ipomea batatas au feuillage jaune doré et un bégonia rex au feuillage pourpre panaché d'argent. Vous constatez que la liste affiche principalement des plantes aimant la demi-ombre. J'ai effectivement choisi celles-ci pour garnir la plate-bande en façade qui est au nord.

Vous devinez que j'ai aimé mon expérience et je me promets d'y retourner l'an prochain en espérant pouvoir en profiter encore plus!

Droits réservés

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Licence.
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.