Pages

À lire d'une couverture à l'autre, le dernier numéro du magazine canadien Garden Making avec des articles sur les plantes indigènes ( des questions et des réponses étonnantes), les nouvelles échinacées, les érables de modeste taille pour les petits espaces, l'intégration réussie des bulbes d'automne au jardin, les laitues de fin de saison à semer maintenant et j'en passe!

mardi 26 octobre 2010

Perdante ou gagnante?

J'ai hésité à écrire ce billet. Pas parce que cela me rebute de dire merci aux gens qui me sont généreux, mais pour cause d'interprétation de mon message.

Si notre monde regorge de publicités qui nous amènent à consommer plus et plus vite, je crois qu'il existe de la "bonne" publicité. En juin dernier, je faisais de mon gré ce genre de publicité, pour la Pépinière fruitière rustique et ancestrale; en faisant des recherches, j'étais tombée sur leur site et j'ai instinctivement senti qu'il s'agissait d'une belle entreprise. Et j'ai voulu en faire profiter d'autres jardiniers en la référant.

Quelques semaines suivant ce billet, je recevais un remerciement de Véronique Alexandre, copropriétaire de la pépinière; depuis que j'avais écrit à leur sujet, ils avaient remarqué un accroissement du nombre de visiteurs sur le site! Pour ajouter à leur mot de remerciement, ils désiraient m'offrir un arbre ou un arbuste de mon choix. Si ce dernier geste m'a beaucoup touchée, le mot l'a été encore plus, car ils ont pris le temps de m'écrire et ça, c'est vraiment apprécié.

Il y a donc quelques jours, j'ai reçu par la poste deux petits plants de bleuets en corymbe (Vaccinium corymbosum); l'un sous le nom de 'Polaris' et le second sous le nom de 'Blue Gold' (voir plus bas pour plus d'information). N'étant pas encore décidée du meilleur endroit où les planter, j'ai décidé de les mettre en jauge. 


Ainsi, je partage cette histoire en toute honnêteté. Pour l'instant, je n'ai pas de désir de transformer mon blogue en site de promotions; des pubs qui clignotent partout, je vous avoue que moi ça m'énerve un peu. Par contre, il me fait plaisir de parler d'un produit qui me semble utile ou d'une entreprise horticole qui m'a l'air digne d'intérêt. Et inversement, je ne me tairai pas si tel truc ou telle compagnie me déplaît. Il demeure que je trouve que le marketing en ligne est un monde bien particulier; comment ne pas y perdre son âme?

En tout cas, pour cette fois, je crois ne pas avoir perdu la mienne...Qu'en pensez-vous?


Informations sur les cultivars
Le cultivar 'Blue Gold' semble très intéressant. La floraison est abondante, par conséquent la fructification aussi. Il semble également être très décoratif à l'automne avec son feuillage qui vire du vert à l'orangé et au rouge. Quant au cultivar 'Polaris', le fruit est dit être très aromatique et pour en obtenir, l'arbuste doit être pollinisé par une autre variété. Les bleuets en corymbe peuvent avoir de bonnes dimensions, soit entre 1,20 m et 2,40 m de hauteur par 0,70 m à 1, 50 m de largeur. Ils apprécient le soleil ou sinon la demi-ombre, mais il faudra alors s'attendre à moins de fruits, ce que nous ne voulons pas assurément!

lundi 25 octobre 2010

Un chou craquant


Rosette de feuilles oblongues vertes bleutées, texture gaufrée, doux goût de moutarde: le kale a tout pour plaire. S'il est surtout admiré dans les compositions d'annuelles pour sa posture élégante et son étonnante couleur, il devrait être beaucoup cultivé ici pour sa richesse nutritive; cette crucifère surpasse plusieurs confrères choux en offrant un plein de bêta-carotène, de vitamines A, B et C, d'acide folique et plus, à qui prendra plaisir à le croquer cru ou cuit.

Chez nous, on l'a cultivé pour la première fois cet été. La variété choisie était la 'Nero di Toscana', un kale italien dans les jardins depuis le 18e siècle. Les semis (voir les références à la fin de l'article) ont été démarrés à l'intérieur en début mai et la germination a eu lieu une dizaine de jours après. Les pousses ont été transplantées au jardin après tout risque de gel (on suggère d'attendre après la ponte de la mouche du chou). La majorité de nos plants ont pris place en façade, au soleil. Ils ont apporté une note joyeuse à la plate-bande, accompagnés des capucines, rudbeckies, coréopsis et autres compagnes du pré fleuri #1. Ils ont su relever le défi du beau potager, c'est-à-dire d'être une plante alimentaire qui peut pousser en façade de la maison de façon élégante!  


Ce qui fait également que la plante est géniale sous nos contrées, c'est qu'elle résiste à des froids aussi bas que -10 degrés Celcius; on peut donc continuer à cueillir ses feuilles jusqu'à ce que le sol soit gelé! Ensuite, on conservera les feuilles crues dans un sac perforé une dizaine de jours au réfrigérateur; ou au congélateur, les feuilles préalablement blanchies.

Pour ce qui est de le concocter, en faisant des recherches sur le net, on s'aperçoit que ce ne sont pas les idées qui manquent! Cru, on peut le manger enrobé d'huile d'olive et de sel; on n'a qu'à frotter les feuilles coupées en morceaux de ses mains avec les deux ingrédients; j'y ajoute quelques tomates cerises et quelques feuilles d'oxalis pourpre et miam!


Cuit, il s'ajoute aux soupes, aux mets asiatiques (on le blanchira une dizaine de minutes avant) ou on essaie cette recette épatante que j'ai testée en fin de semaine et qui a eu un franc succès, les chips de kale! À visiter, le site d'un amoureux et producteur québécois de kale, Stéphane Bergeron.

Bref, je déclare que le kale s'inscrit dans les incontournables de notre jardin!


Références:
  • Semences de kale ( Brassica oleracea  var. acephala laciniata 'Nero di Toscana', Black Tuscan Palm Tree Kale) achetées chez Cottage Gardener

  • La culture écologique des plantes légumières, Yves Gagnon, p.90.

mardi 12 octobre 2010

Retour au bercail, retour au berceau

Eh oui! les jours d'été se sont écoulés dans le sablier et l'automne a amorcé son décompte. J'ai toujours cette petite pointe de nostalgie quand je vois le soleil glisser bas dans le ciel comme si un fil invisible le ramenait tranquillement de jour en jour plus près de la terre; ses rayons sont doux, mais pas assez pour nous réchauffer du petit vent frais qui nous transperce. Cela nous rappelle que le temps est venu de penser à la saison froide.

Je ne suis pas déprimée pour autant par la venue du temps des chandails chauds et des feuilles éclatantes! Au contraire, l'automne a rimé pour moi avec le retour à la maison puisque mon contrat de travail s'est achevé au parc Jean-Drapeau. Ce retour à la maison fut bien occupé, mais de façon heureuse. Avoir du temps pour faire ce qu'on a faire et ce qu'on aime faire, c'est très précieux. 

Retour au berceau, aussi, parce qu'en mon ventre pousse notre troisième enfant qui viendra illuminer notre famille au mois d'avril! Il aura la chance de se bercer à l'ombre des arbres l'été prochain pendant que maman jardinera...
***
Mes dernières activités au jardin ont consisté en du désherbage (je n'en manque pas!), spécialement de  la plate-bande sous le bouleau en façade, le pré #3. Ensemencé avec un mélange de fleurs des prés pour l'ombre en avril 2009, il a su nous donner quelques belles floraisons l'été qui suivra. Toutefois, pour ce qui fut de l'été 2010, le parterre aura été décevant et je m'étais donné comme priorité de tout arracher cet automne. Je laisserai la terre nue et bêcherai une seconde fois au printemps suivant, question d'enrayer les plantules de mauvaises herbes qui auront osé montrer le bout du nez! Pour ce qui y poussera dans le futur, cela demeure flou; j'aurai l'hiver pour faire des plans!


Lundi, la journée était belle. Idéale pour jouer dehors et faire quelques tâches. Les garçons en ont profité pour à la fois couper le gazon et déchiqueter les feuilles mortes avec la tondeuse. Un plaisir pour Hermann, un an et demi, qui, comme tout bon petit homme, adore le ronronnement des moteurs.

J'ai aussi profité du beau temps pour déménager certaines vivaces; l'automne est un excellent moment pour la transplantation, tout comme pour la division. J'aimerais également planter quelques nouveaux bulbes malgré mon budget restreint. Dans ce cas-là, j'attendrai à la mi-saison pour les rabais (souvent 50%) chez les marchands pour faire mes achats. Je vous en reparlerai.

Si vous désirez faire des achats de bulbes en ligne, je vous invite à consulter ma liste de sites qui cliquent pour les semences, les plantes et les outils (sur votre gauche): vous y trouverez quelques compagnies intéressantes comme Fraser's Thimble Farms, Veseys, Botanus, etc.

***

L'ail. Je peux voir que le sujet traité sur mon blogue a attiré beaucoup d'internautes! Pour ma part, j'ai eu cet été une récolte médiocre. Oui, oui! J'ai bien eu quelques fleurs d'ail que j'ai hachées puis mis dans l'huile d'olive pour assaisonner les plats (on conservera le contenant au réfrigérateur). Par contre, pour ce qui est des bulbes, je n'ai rien eu de satisfaisant. Mon choix d'emplacement n'était pas très bon: il manquait de soleil. L'ail a besoin de soleil direct et d'une terre bien drainée. Malgré cet échec, je n'ai pas dit mon dernier mot! J'en planterai de nouveau, cette fois en façade, là où le soleil abonde. Et vous qui l'avez planté, avez-vous eu une belle récolte?
***
Il y aura du nouveau sur le blogue...
Récemment, j'ai décidé d'écrire une brève autobiographie afin que vous puissiez savoir un peu plus qui je suis. Vous trouverez très bientôt une page qui vous mènera au court texte pour faire ma rencontre...

Droits réservés

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Licence.
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.