Pages

À lire d'une couverture à l'autre, le dernier numéro du magazine canadien Garden Making avec des articles sur les plantes indigènes ( des questions et des réponses étonnantes), les nouvelles échinacées, les érables de modeste taille pour les petits espaces, l'intégration réussie des bulbes d'automne au jardin, les laitues de fin de saison à semer maintenant et j'en passe!

lundi 20 septembre 2010

Le topinambour, un tournesol qui a de l'histoire!

Un tubercule de topinambour issu d'un panier bio et planté il y a trois ans au fond du jardin égaye aujourd'hui le jardin des enfants par ses fleurs aux rayons jaune doré, semblables aux tournesols. Je ne sais pas si c'est mon imagination, mais le parfum de la fleur m'a inspiré celui du chocolat! 

Cette plante indigène du sud-est du Canada et des États-Unis fut utilisée par des peuples autochtones; le topinambour (Helianthus tuberosus) possède un tubercule comestible dont le goût rappelle un mélange entre ceux de la pomme de terre et de l'artichaut, en plus sucré. D'ailleurs, on attend un premier gel pour en effectuer la récolte; sa saveur sera plus douce. Aujourd'hui, la plante est encore cultivée et on reconnaît sa richesse en inuline, qui est prébiotique. Par contre, trop en manger provoque des gaz, car la flore intestinale utilise l'inuline et produit en retour beaucoup de dioxyde de carbone, entre autres. Bonne nouvelle pour les diabétiques, l'inuline n'élève pas la glycémie!


Intriguée, j'ai planté le tubercule question de voir ce qu'il ferait,. Maintenant il s'est multiplié quelque peu sous la demi-ombre le pin blanc. Il me faudra contrôler la plante et je ne l'imagine pas au soleil; on lui reconnaît une croissance extrêmement agressive. Alors, faites attention; plantez-la à un endroit où elle ne vous dérangera pas ou sinon limitez sa propagation dans le sol.

Autres informations intéressantes dans cet article d'Isabelle Côté et plus encore, dont des recettes, ici.

Photos par Jasmine Kabuya Racine.
Informations tirées de Wikipédia et de Botanica North America, de Marjorie Harris.

mardi 7 septembre 2010

Un pimbina qui ne passe pas inaperçu

On remarque de loin les beaux petits fruits rouges du viorne trilobée (Viburnum trilobum) ou pimbina, qui est son nom amérindien. Je savais que les fruits attiraient les oiseaux, spécialement après les gelées qui les rendent plus juteux, mais j'ai appris en lisant sur la plante qu'on pouvait également la cuisiner pour le plaisir de notre palais! D'ailleurs, les Anglais la surnomment Cranberry-tree, car le fruit aurait un goût similaire à la canneberge.

Sur le site de Nichole Ouellette, il y a des recettes inspirantes. Ça donne le goût d'essayer. 

Photos prises au Parc régional des îles de Saint-Timothée par Jasmine Kabuya Racine.

Droits réservés

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Licence.
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.