Pages

À lire d'une couverture à l'autre, le dernier numéro du magazine canadien Garden Making avec des articles sur les plantes indigènes ( des questions et des réponses étonnantes), les nouvelles échinacées, les érables de modeste taille pour les petits espaces, l'intégration réussie des bulbes d'automne au jardin, les laitues de fin de saison à semer maintenant et j'en passe!

jeudi 30 octobre 2008

Le deuil des tomates cerises


Alicia a adoré manger des tomates cerises tout l'été. Ce fut une des plus belles réussite du jardin. La variété semée était la 'Matt's Wild Cherry', semence bio achetée chez La Société des plantes. Un pur délice en bouche ! Une explosion de petite chair sucrée et ferme. Alicia, en tout cas, a en mangé sans broncher ! Je dirais même que c'était la principale raison pour laquelle elle aimait sortir dans le jardin !
****
Mes dernières tomates mûrissent à présent sur le frigidaire dans un sac de coton. C'est fois-ci, c'est la variété ukrainienne 'Cosmonaut Volkov', toujours dénichée chez la Société des plantes. Elle a remporté la palme des "Oh !" et des "Ah!" par la grosseur de son fruit et elle aussi, à l'instar de la cobée, elle n'est pas frileuse. Une tomate potelée à la chair rouge tendre doucement sucrée. Une autre belle réussite.

Une cobée pas frileuse !


Notre cobée (Cobaea scandens) semée à l'intérieur puis plantée près du mur de la cuisine, fleurit encore ! Les gelées ne semblent pas encore l'affecter et son feuillage, qui a tourné au pourpre depuis deux mois, égaye la porte-patio. Une plante vigoureuse ( et pas frileuse) que j'affectionne particulièrement depuis 3 ans. Le premier plant que j'ai eu nous avait été offert par mon amie Heidi Nydegger, qui est aussi horticultrice et sait où trouver des annuelles exceptionnelles. C'était la première fois que j'essayais la cobée en semis et de beaux plants vigoureux en sont nés. C'est une plante à adopter !

Le repos du jardin

Mardi 28 octobre, au soir. C'est avec surprise que nous apercevons qu'une mince couche de neige a eu l'audace de se déposer sur St-Timothée. "Ouf !" que je me suis dis, "une chance que j'ai planté mes bulbes !" Effectivement, j'ai mis en terre quelques bulbes, rien de très "fancy" : des scilles et des jonquilles. J'avais souvent entendu parlé que la plupart des bulbes se faisaient déterrer et bouffer par ces petits rongeurs frustrants que sont les écureuils. Je me souviens d'un automne où j'ai participé à une plantation monstrueuse de bulbes pour une cliente d'une designer ( la facture portait un joli nombre de 4 chiffres, rien que pour les bulbes !). La particularité de cette plantation ? On avait ajouté à certains massifs de bulbes des cheveux humains précédemment récoltés chez une coiffeuse ! Ils étaient supposés éloigner les écureuils...Ce qui ne marcha qu'à moitié !

Alors, quoi de plus sûr que de planter des narcisses, qui par leur odeur répulsive tiennent à distance les rongeurs affamés et les Muscaris armeniacum. Les premiers bulbes ont été intégrés dans la plate-bande sous les érables, à l'est de la maison, et pourront fleurir pendant plusieurs années, contrairement aux tulipes. J'ai constaté avec joie, que le paillis de cette plate-bande, que nous avions mis au printemps et qui provenait de la coupe de branches de nos arbres, avait rendu le sol plus malléable et que des vers de terre s'occupaient (bon, avec moins d'ardeur étant donné le froid) à décomposer cette matière ligneuse. C'est une de nos expériences qui me rend joyeuse ; on a récupéré une matière prise à même notre terrain et elle enrichit le sol dur que nous avons trouvé en intégrant la demeure.

Pour leur part, les scilles ont été domiciliées en façade où elles formeront un joli tapis (je l'espère) avec le temps.

J'avoue m'être retenue de planter des bulbes d'Allium giganteum, mais leur prix m'a rebuté ( 2-3 bulbes pour une 15 $). Un jour peut-être...

Le plus dur je crois pour ce qui est d'avoir un jardin et d'aimer jardiner, c'est d'être patiente et d'attendre d'avoir l'Idée et surtout, l'argent, pour réaliser ce chef-d'oeuvre qu'on porte en soi.

En attendant, je surf sur le net, je cherche les plantes dignes d'habiter mon terrain et surtout je m'amuse à imaginer ce qu'aura l'air notre aménagement dans quelques années !

Droits réservés

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Licence.
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.